#French

L’EX-CHAUFFEUR DE LA PRESIDENCE CRITIQUE LES SOLDATS ETRANGERS

Jul 15, 2020, 12:06 PM

Le Sergeant Lamin Jarjue des  Forces Armées Gambiennes, lors de son témoignage devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations, a donné un compte rendu détaillé concernant une série d’accidents et de décès impliquant le cortège de l’ancien Président Jammeh.

Il a profité de cette occasion pour critiquer la présence des soldats étrangers, disant qu’elle n‘est pas nécessaire.

Il a ajouté que les soldats feront preuve de fidélité et de loyauté envers tout Président occupant légitimement la Présidence.

Il a par conséquent invité la Commission à mener des investigations sur le coup d’état manqué de 2014.

Apres avoir achevé ses études secondaires à Nusrat en 2000, il s’est engagé dans l’armée. Il a suivi une formation de commando et a été ensuite affecté à la Présidence.

Il a déclaré qu’il n’était qu’un soldat du rang affecté à la Présidence, mais a été encouragé plus tard par l’ancien ‘Jungler’ Bai Lowe à devenir un chauffeur de convoi.

Il a ajouté qu’il a suivi une formation de deux ans avant d’être promu chauffeur de convoi.

 Parlant du cortège, il a déclaré que le convoi avait « à sa tête un motard qui était suivi par la première voiture de police. Ensuite venait le véhicule des journalistes, puis celui occupé par les agents des services de sécurité en tenue civile, le véhicule du Président, les voitures de réserve, le véhicule occupé par les agents du Protocole, celui des gardes de corps du Président, l’ambulance et le véhicule des pompiers».

Il a affirmé qu’il a servi en tant que simple soldat pendant trois ans avant d’être affecté au véhicule transportant les gardes de corps du Président. Il a ensuite été promu pour conduire le véhicule occupé par les agents de sécurité en tenue civile.

Mr Jarjue a déclaré à la Commission que le Président Jammeh avait dans son entourage une voiture blindée à sa disposition.

« Lorsque nous étions en tournée et que l’équipe de reconnaissance nous informait que la route n’était pas praticable, le Président Jammeh comme à son habitude abandonnait sa voiture de commandement sur l’autoroute. Il continuait la tournée dans le véhicule que je conduisais » a-t-il dit, ajoutant qu’il a été le chauffeur du Président lors de multiples occasions pendant huit ans.

Le témoin de la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations a révélé que malgré le fait qu’il a plusieurs fois été son escorte, le Président non seulement ne le connaissait point, mais il n’a jamais donné son accord pour utiliser ses services en tant que chauffeur.

Mr Jarjue a déclaré que les chauffeurs du cortège communiquaient à l’aide d’une station de base, d’un poste-radio et d’un appareil portable. Il a ajouté que les ruptures de communication étaient fréquentes lorsqu’ils étaient hors-de-portée.

Il a poursuivi pour dire que les véhicules VIP ne pouvaient utiliser la station de base car n’étant accessible que par appareil portable.

Expliquant les circonstances concernant les accidents impliquant le cortège du Président, Mr Jarjue a dit que le cortège continuait normalement son chemin tandis que l’ambulance portait aide et assistance aux victimes. 

 Mme Jahateh, la conseillère juridique, a alors informé le Sergent Jarju que plusieurs témoins ont affirmé que le commandant donnait l’ordre aux ambulanciers de ne pas porter secours aux victimes lorsqu’un accident se produisait suite au passage du cortège présidentiel. Mr Jarjue a nié ce récit des faits.

L’accident impliquant Lamin Sillah est le seul dont je puisse témoigner. Nous étions sur le chemin du retour de Kanilai lorsque nous avons constaté que le véhicule de Lamin et celui d’un ressortissant arabe sont entrés en collision au beau milieu de la route au niveau du rond-point. Mais le cortège présidentiel, comme à son habitude, a continué normalement son chemin. Nous avons découvert plus tard que le ressortissant arabe était décédé. Nous avons également trouvé une bouteille d’alcool dans son véhicule.

Donnant un récit de l’accident impliquant un chauffeur répondant au nom de Foday Jawla, le témoin a dit à la Commission qu’après leur départ du village de Jagil, Mr Foday a quitté la route, et ce, afin de céder le passage au cortège présidentiel. Lorsqu’il a essayé de regagner la route, son véhicule a fait des tonneaux et Mr Foday a été éjecté à travers le pare-brise.

Il a précisé que Foday est décédé des suites de ses blessures tandis qu’un soldat au nom de Adama Jagne ainsi qu’un officier du service du protocole au nom de Fanta Jammeh ont été victimes de fractures.

 « Un autre conducteur au nom de Cherno Jallow alias Papa Che a également été impliqué dans un accident. Nous étions en route vers Kanilai et sur le point d’arriver à Busumbala. D’après le commandant, il y avait une grande distance entre le véhicule de Papa Che et celui d’un autre véhicule du cortège présidentiel. Un véhicule particulier a essayé de s’immiscer dans cette brèche, causant ainsi un accident. Il y a eu des morts et des bléssés ainsi que des dommages causés au véhicule de Papa Che ».

Il a aussi révélé que Mr Musa Colley avait également été impliqué dans un accident dans le village de Lamin au cours duquel il a heurté le magasin d’un Mauritanien qui se trouvait aux abords de l’autoroute principale.

En conclusion, le Sergent Jarjue a confirmé qu’il n’avait jamais été témoin d’un accident survenu lors de la distribution de biscuits par le Président Jammeh.