#French

L’ADRESSE DE SON EXCELLENCE MR LE PRESIDENT ADAMA BARROW A LA NATION SUITE AU REJET DE LA PROPOSITION DE LOI DE PROLONGATION DE L’ETAT D’URGENCE PAR L’ASSEMBLEE NATIONALE  - 19 MAI 2020

May 21, 2020, 1:14 PM | Article By: J.M. Grey-Johnson

Mes chers concitoyens,

Personne ne peut douter de l’existence de la pandémie du coronavirus, ni de son effet dévastateur sur la vie et les économies du monde.

Vous vous rappellerez que le 3 Avril 2020, suite à la proclamation de la pandémie du covid-19 par l’OMS, l’Assemblée Nationale a passé une résolution prolongeant l’état d’urgence de 45 jours, que j’avais déclaré le 26 Mars 2020 conformément a la Section 34(1) de la Constitution de 1997.

A l’époque, Il n’y avait que deux cas de covid-19 enregistres en Gambie tandis que 171 autres pays de par  le monde connaissaient des niveaux élevés de contamination. Le jour de ma déclaration, selon l’OMS, le virus était la cause de la mort de 20,834 personnes. Aujourd’hui, ce nombre s’élève a plus de 300,000. Donc la nécessité d’adopter des mesures encore plus strictes pour combattre cette pandémie.

L’objectif de cette ligne de conduite a été de briser la chaine de transmission du virus dans le pays. Les lois ont aussi été promulguées en vue de soulager les souffrances des populations suite à la mise en place de mesures strictes visant à contenir le virus. C’est ainsi que Les Règlements Régissant Les Produits de Première Nécessité en Temps de Crise visant à protéger les consommateurs d’une flambée des prix de produits de première consommation tels que le riz, le sucre, la farine et l’huile de cuisine ont été adoptés. L’exportation des produits de première nécessité a été interdite durant la période de l’état d’urgence afin que le pays puisse convenablement faire face à ses besoins alimentaires.

Le gouvernement est pleinement conscient de ce que la stricte application de ces mesures en période d’état d’urgence aurait un impact important sur la vie des citoyens, mais la gestion du covid-19 est avant tout une question de survie, celle de sauver des vies, et non les intérêts personnels.

En ce jour du 19 Mai 2020, la Gambie a officiellement enregistre 24 cas positifs de coronavirus dont 1 décès. Notre voisin immédiat, le Sénégal, enregistre plus de 2400 cas de coronavirus dont 25 décès. Globalement, plus de 4.5 million de personnes ont été touchées, avec plus de 300,000 décès.

Compte tenu de leur opinion professionnelle, nos experts de la sante ont prédit que plus de 180,000 personnes en Gambie seront touchées par le coronavirus si les mesures strictes ne sont pas prises pour éliminer la chaine de transmission dans le pays. Ce qui conduira a la mort de plus de 9,000 personnes en Gambie.

Guide par ces chiffres alarmants et le fait que la période d’état d’urgence prolongée par l’Assemblée Nationale a expire hier le 18 Mai 2020, mon gouvernement a fait une nouvelle requête de prolongation de 45 jours auprès de l’Assemblée Nationale le 16 Mai 2020. L’objectif de cette requête est de maintenir, sinon redoubler, nos efforts de lutte contre le covid-19, qui constitue un danger grave pour notre petit pays.

Mes chers concitoyens,

Le coronavirus ne connait ni de frontières, ni de personnes. Il attaque, contamine et tue sans aucun égard pour l’ethnique, la religion, la politique ou toute autre  distinction. Sans un état d’urgence, il ne pourrait y avoir de mesures d’urgence. Sans les mesures d’urgence, nous ne pourrons lutter efficacement contre ce dangereux virus qui menace nos vies et nos sources de revenus. C’est donc le moment pour nous de travailler la main dans la main en tant que nation et de mettre les intérêts du pays au-dessus des intérêts partisans. Nous sommes tous unis par un destin commun. Il est donc de notre devoir de démontrer notre maturité politique en tant que société démocratique capable de sacrifier les intérêts partisans au profit de l’intérêt national.

En conséquence, mon gouvernement et moi avons l’obligation de protéger les citoyens de notre pays contre ce grave danger. Il est de mon devoir d’agir, et cela équivaudrait à un manquement grave de mes responsabilités si je négligeais de prendre les mesures idoines pour faire face  à cette menace dangereuse pour la vie de nos concitoyens.

En accord avec cet objectif, j’ai de nouveau approuve l’instauration des mesures d’urgence mises en place avant l’expiration de la période d’état d’urgence. Celles-ci concernent également les mesures annoncées le 26 Mars 2020 et prolongées par l’Assemble Nationale le 3 Avril 2020.

Ces mesures d’urgence seront appliquées à la lettre conformément à ma présente déclaration. J’invite donc le public à comprendre que lesdites mesures ont été prises dans l’intérêt absolu de la nation, et je prie que Dieu le Tout-Puissant dans sa miséricorde continue de nous couvrir de sa bénédiction et nous fortifie en tant que peuple d’une même nation.

Je vous remercie de votre généreuse attention.