Septième conseil des Ministres de l’ère Barrow La réforme de la Fonction publique en question

Thursday, November 23, 2017

Réuni au complet, le président Adama Barrow a présidé hier son septième conseil des Ministres dans sa résidence à Fajara. A l’ordre du jour : la bonne gouvernance, la défense, l’agriculture, l’investissement, la sécurité alimentaire, la communication et la lutte contre l’impunité.

A l’entame du conseil, la vice-présidente, Fatoumata Jallow-Tambajang a présenté le programme de réforme de la fonction publique 2018-2027 au gouvernement. Cette réforme vise notamment à améliorer les moyens des fonctionnaires du pays pour restaurer les valeurs et les principes de la fonction.

Présentant le projet de loi de 2016 sur la qualité des aliments, la vice-présidente a expliqué l’enjeu de la loi sur le contrôle des aflatoxines et du plan d’investissement.

Elle a souligné la nécessité de contrôler l’aflatoxine, en particulier dans les cultures de l’arachide. Elle a expliqué que cela permettrait de réduire la contamination des produits agricoles et d’accroître les opportunités économiques pour les agriculteurs du pays, étant donné que l’arachide est la principale culture de rente de la Gambie.

L’exécutif présentera par la suite le projet de loi à l’Assemblée nationale pour promulgation. Une fois adopté, il fournira l’environnement juridique nécessaire pour protéger les produits agricoles et les rendre compétitifs sur le marché international.

Le conseil des Ministres a également évoqué la ratification de la Convention sur les armes dites de munitions à fragmentation, soumise par le Ministère de la Défense. Les armes à fragmentation sont conçues pour détruire les pistes ou les lignes de transmission électrique. Disperser ces armes chimiques ou biologiques peut être potentiellement dangereux. La Gambie fait partie des 108 pays qui ont signé le traité, entré en vigueur en 2010. En ratifiant la convention, la Gambie s’était engagée à ne pas utiliser, transférer et stocker ces armes.

Le conseil des Ministres a également abordé le sujet de la présidence de la Commission de la CEDEAO. La Gambie est candidate pour la présidence l’année prochaine. En effet, c’est la première fois que le pays postule pour la direction de la Commission.

Le président actuel de la Commission de la CEDEAO, M. Marcel de Souza, est originaire de la République du Bénin et son mandat expire en février 2018. La Côte d’Ivoire, la Sierra Leone, la Guinée, le Ghana et le Burkina Faso ont eu à occuper ce poste récemment.

Le Ministre des Infrastructures, de l’Information et de la Communication, Demba A. Jawo, pour sa part a évoqué la priorité constante du gouvernement dans le secteur de la communication.

 Il indique que les travaux étaient sur la bonne voie pour l’adoption d’un projet de loi de sur l’Information.

Son département conduit actuellement les pourparlers sur l’octroi de licences pour des stations de télévision privées dans le pays. Le projet de loi doit être transmis au Ministère de la Justice pour être présenté par la suite à l’Assemblée nationale pour adoption.

Le Ministre de la Justice Abubacarr Tambadou a présenté pour sa part trois projets de loi. Il s’agit d’un projet de loi sur la création d’une Commission de révision constitutionnelle, sur une Commission des droits de l’homme et enfin sur une Commission vérité et réconciliation. Après approbation de ces projets de loi, ils seront soumis à l’Assemblée nationale pour promulgation.

 

 

 

Author: Amadou Barry
Source: Photo: Le Conseil des Ministres sous Barrow est très irrégulier