Sénégal: affaire Khalifa Sall

Friday, December 15, 2017

Le procès du maire de Dakar aussitôt ouvert, aussitôt renvoyé

Hier, en marge de l’ouverture du procès du maire de Dakar, le tribunal correctionnel de Dakar a décidé de renvoyer l’affaire Khalifa Sall et Cie. Il se tiendra le 3 janvier 2018, en audience spéciale. Le juge suit ainsi une demande formulée par les avocats de la défense.

“Votre juridiction est irrégulièrement saisie. Nous demandons l’ajournement du procès et son renvoi en audience spéciale. C’est le lundi matin que nous nous sommes informés du renvoi de nos clients devant votre juridiction pour jugement. Après ce renvoi, le procureur avait deux mois pour respecter la procédure”, a plaidé la défense qui semble dire qu’il ne comprend pas la précipitation du parquet.

Mais le représentant du ministère public a rétorqué que les dispositions de  l’article 174 du Code de procédure pénale sont claires. “Tous les conseils sont présents. Les formalités ont été remplies et respectées. Convenons d’une audience spéciale et renvoyons à cette date”, note le parquetier.

Après avoir écouté les différentes parties au procès et consulté ses deux assesseurs, le juge a renvoyé le procès.

Pour rappel, le maire de Dakar, Khalifa Sall, placé sous mandat de dépôt à la prison de Rebeuss depuis le 7 mars dernier. Avec ses coïnculpés, Mbaye Touré, Yaya Bodian, Fatou Traoré, Ibrahima Touré, Ibrahima Yatma Diao, Amadou Moctar Diop, ils ont été présentés devant la deuxième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Dakar. Ils sont jugés pour “escroquerie portant sur des deniers publics, détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard, association de malfaiteurs, blanchiment de capitaux et complicité de ces délits”.

Antoine Diome, le bourreau de Karim

L’Agent judiciaire de l’Etat, Antoine Félix Diome, qui a décidé de se constituer partie civile, sera également de la partie pour défendre les intérêts de l’Etat. Antoine Diome, successeur du magistrat Aïssé Gassama Tall à ce poste, est connu pour avoir joué un rôle prépondérant dans la condamnation de Karim Wade. Il était, en effet, l’adjoint du Procureur spécial près la Crei et a mené la traque des biens mal acquis de bout à bout. Il a déjà annoncé la couleur en s’opposant à la caution proposée par les avocats du maire de Dakar. Le magistrat, connu pour son éloquence et sa maîtrise de ses dossiers, compte démontrer au juge comment et par quels procédés le maire de Dakar et ses coïnculpés auraient pillé les deniers publics avant de demander une réparation du préjudice financier qu’aurait subi par le Trésor public.

10 avocats pour Khalifa Sall

Quant au maire de Dakar, il est défendu par dix avocats, des ténors du barreau : Mes El Mamadou Ndiaye, Moustapha Ndoye, François Sarr, Demba Ciré Bathily, Ciré Clédor Ly, Mohamed Seydou Diagne, Issa Diop, Cheikhou Khoureychi Bâ, Ndèye Fatou Touré et Ndèye Fatou Sarr. Ils sont connus comme des procéduriers chevronnés qui ont fait annuler, à plusieurs reprises, des procédures judiciaires.

Me Ciré Clédor Ly, par exemple, avait sauvé Alassane Sy “Alex” de la bande à “Ino” (Alioune Abatalib Samb). Le caïd n’a jamais été jugé pour la mutinerie du dimanche 15 juillet 2001 au cours de laquelle “Ino”, Abdou Konté “l’homme à la Kalachnikov”, Pape Ndiaye, Moussa Dioum avaient réussi à s’évader. Me Ly ayant réussi à convaincre le tribunal correctionnel de Dakar des manquements de la procédure qui ont finalement profité à son client.

Me Ciré Clédor Ly, avocat depuis 1983, est, en effet, un spécialiste des grands dossiers, surtout de détournement de derniers publics au Sénégal depuis 1983 (Sicap, Ipres, Caisse de péréquation et de stabilisation des prix, détournement par des Inspecteurs du Trésor, des Impôts et Domaines, Détournement à la Poste, Affaire Adel Korban, etc.). Surnommé “Maître de la Procédure”, il est inscrit sur la liste des avocats près la Cour pénale internationale (Cpi) et près le Tribunal pénal international pour le Rwanda (Tpir).

À côté de lui, il y a Me Demba Ciré Bathily, ancien président de la section sénégalaise d’Amnesty international. Militant des droits de l’homme, Me Bathily a toujours été du côté des “opprimés”. Lui aussi est un procédurier et un pénaliste reconnu.

Autre ténor qui défend Khalifa Sall, c’est Mohamed Seydou Diagne. Avocat depuis 1999, inscrit à la 224ème place au tableau de l’Ordre des avocats, Me Diagne est un procédurier chevronné, au point d’être un spécialiste du droit sportif, réputé très complexe. Il est d’ailleurs le conseiller juridique du Comité national olympique et sportif sénégalais (Cnoss) et membre de la Fédération équestre.

Ce trio de choc est complété par Mes El Mamadou Ndiaye, Moustapha Ndoye, François Sarr, Issa Diop, Cheikhou Khoureychi Ba, Ndèye Fatou Touré et Ndèye Fatou Sarr. Des procéduriers réputés, qui donneront, à coup sûr, du fil à retordre au juge et à ses deux assesseurs. La guerre procédurale est donc inévitable.

The Point avec Seneweb

Source: Photo: Le maire de Dakar est poursuivi pour “escroquerie portant sur des deniers publics, détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard, association de malfaiteurs, blanchiment de capitaux et complicité de ces délits “