Santé: Lancement d’une agence pour la sécurité alimentaire, dénommée l’Alliance nationale pour l’enrichissement alimentaire

Friday, February 09, 2018

Actualité nationale

L’Alliance nationale pour lalimentation alimentaire (NAFF), un projet cofinancé par l’Union européenne de 5,5 millions d’euros, a été officiellement lancée ce mercredi par le ministre de la Santé et du Bien-être social, au nom de la vice-présidente et du ministre de la femme, Fatoumata Jallow Tambajang.

L’initiative est du gouvernement gambien par l’intermédiaire des Ministères de l’Agriculture et de la Santé, de l’Agence nationale pour l’alimentation et la nutrition, de la sécurité alimentaire et du contrôle de la qualité en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Le projet de quatre ans intitulé « Améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition en Gambie grâce à l’enrichissement des aliments » est cofinancé par l’Union européenne et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Il sera mis en œuvre dans les régions de la côte ouest, de la rive Nord et du Centre.

Co-financement

Lors de son lancement, Dr Perpetua Katapa-Kalala, représentante de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture en Gambie, a déclaré que la NAFF est financée par un projet d’enrichissement alimentaire de 5, 43 millions d’euros cofinancé par l’Union européenne et la FAO.

L’objectif du projet, a-t-elle poursuivi, est d’améliorer la nutrition des femmes et des enfants vulnérables dans le pays.

“Les taux de prévalence de la malnutrition aiguë et de retard de croissance restent élevés en Gambie. L’enquête démographique nationale auprès des ménages réalisés en 2013 a révélé que le quart des enfants de moins de cinq ans souffraient d’un retard de croissance et de 11,5%. Les deux tiers des enfants de moins de cinq ans et un tiers des femmes enceintes vivent avec une carence en vitamine A “.

Pour sa part, Attila Lajos, l’ambassadeur de l’UE en Gambie, a reconnu que l’enrichissement des aliments augmente la qualité nutritionnelle des régimes alimentaires et des habitudes de consommation existants, notant que son avantage comparatif est qu’il est fourni par le système alimentaire.

«Dans le cadre de ses travaux sur la nutrition et la sécurité alimentaire, la Commission européenne a créé les Services consultatifs d’enrichissement des aliments (2FAS) en décembre 2015 afin d’intensifier l’engagement et l’investissement pour l’enrichissement des aliments dans les pays en voie de développement. 2FAS met un accent particulier sur son travail de renforcement des capacités institutionnelles et techniques de renforcement des aliments ».

Le diplomate de noter que les résultats attendus sont l’amélioration du cadre réglementaire national d’enrichissement des aliments, le renforcement des capacités des secteurs public et privé à soutenir l’enrichissement des aliments et d’accroître la sensibilisation.

En lançant l’initiative, Saffie Lowe-Ceesay, la ministre de la Santé et du Bien-être social, a reconnu que le NAFF est un partenariat public-privé et de la société civile. Le NAFF, a-t-elle poursuivi, servira de mécanisme de reddition de comptes pour le programme d’enrichissement, affirmant qu’il assurera la mise en place d’un mécanisme de réglementation soutenu et se réunira régulièrement pour discuter des progrès, des défis et des enjeux émergents des industries.

“Une alimentation efficace et durable ainsi que la bio-fortification ne seront possibles que si le secteur public, le secteur privé et la société civile collaborent pour développer, produire, promouvoir des aliments enrichis en micronutriments et leur consommation adéquate. NAA est une bonne plate-forme pour identifier un ensemble d’actions prioritaires et initier un dialogue continu entre les différents secteurs pour activer la mise en œuvre de stratégies qui éliminent définitivement la malnutrition en Gambie”, conclut-elle.

Source: Image d’illustration