Santé - Grève des Médecins depuis ce jeudi

Monday, March 12, 2018

Le syndicat des médecins gambiens  (GARD)  est en grève depuis jeudi dernier. Il proteste contre ce qu’il appelle, “le manque de leadership démontré par le ministre de la Santé”. Dans un communiqué publié le 28 février dernier, le ministère de la Santé  décriait la corruption observée dans les hôpitaux publics, en déclarant, “Certains médecins font du business dans les hôpitaux, en volant les médicaments des établissements publics  pour les revendre  dans les pharmacies qu’ils tiennent parallèlement.” Une sortie qui irrite ledit syndicat qui réclame tout bonnement des excuses et la démission de Madame le ministre de la Santé, Saffie Lowe-Ceesay.

Une note “confidentielle” distribuée aux membres du syndicat des médecins a indiqué lors de sa rencontre avec les représentants de tous les établissements de santé et hôpitaux du pays, qu’ils ont “accepté à l’unanimité” que les équipes de permanence soient maintenues tout le week-end, en attendant la fin de la grève.

Dans une déclaration déplorant la corruption présumée dans le secteur de la santé en marge d’une réunion scientifique du Collège des Chirurgiens de l’Afrique de l’Ouest, fin février, la ministre de la Santé Saffie Lowe-Ceesay  martelait que “si la corruption était éradiquée, le système de santé du pays s’améliorera nettement”.

«Lorsque nous parlons de la corruption dans le système de santé, nous savons tous de quoi il s’agit», ajoutait-elle.

Cette sortie a suscité le courroux  des médecins du pays. Le syndicat des médecins de garde réclame des excuses et sa démission dans les 48 heures sous peine d’entamer une grève illimitée pour protester contre sa déclaration.

Par ailleurs, le ministre gambien de l’Information, Demba A. Jawo, a déclaré, mercredi, durant sa conférence de presse mensuelle que le ministre de la Santé Lowe-Ceesay avait précisé que la déclaration qui lui avait été attribuée n’était pas exacte.

Durant sa conférence, le porte-parole du gouvernement  indiquait que le ministre de la Santé a confirmé que son département est confronté à un vol récurrent de médicaments.

À cette fin, la ministre de la Santé a déclaré qu’il est de sa responsabilité de chercher des mesures pour traiter le système d’accès afin que ses médicaments ne se retrouvent pas dans les pharmacies privées et autres établissements de santé privés.

“Le ministre de la Santé a plus tard exprimé sa compréhension de la réaction des professionnels de la santé et réitère qu’elle n’a jamais attribué le vol aux médecins”, a déclaré le ministre de l’Information à la presse.

«En tant qu’association dont le but est la promotion de la santé, nous souhaitons exprimer notre déception et le manque de leadership démontré par le ministre de la Santé», a déclaré l’association des médecins.

En Gambie, les médicaments sont gratuits dans les hôpitaux publics. Seulement, les patients rencontrent d’énormes soucis pour s’en procurer après prescription, les rayons des médicaments étant la plupart vides. 

Source: Picture: Le président du syndicat des médecins gambiens, Ebrima Bah