L’OIM lance un programme de formation professionnelle pour la jeunesse gambienne

Tuesday, August 27, 2019

Banjul, Gambie, 25 août  (Infosplusgabon) - Le bureau de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Gambie a lancé un programme de formation professionnelle visant à doter les jeunes gambiens des compétences nécessaires pour se lancer dans une activité entrepreneuriale ou rechercher un emploi.

Dans un communiqué transmis  dimanche, l’OIM indique que le manque d’accès à l’emploi des jeunes gambiens est largement cité comme l’un des principaux facteurs contribuant à la migration irrégulière.

Selon l’enquête sur la main d’œuvre en Gambie de 2018, 95% des migrants clandestins gambiens ont indiqué que le “manque de travail” est la principale raison de leur migration.

“Si je me dote de compétences en informatique, je peux créer ma propre entreprise et employer des Gambiens. Il ne serait pas nécessaire que je considère la voie de la migration irrégulière”, a déclaré un stagiaire, Sidia Hydara.

Le programme a été conçu après une évaluation de base pour identifier les lacunes, les demandes et les opportunités du marché dans les régions de la côte ouest et du Haut fleuve, qui représentent respectivement la première et troisième région d’origine des migrants gambiens.

Alors que les ordinateurs portables et les satellites sont plus largement utilisés dans la région périurbaine de la côte ouest, la demande de réparations de téléphones portables et de panneaux solaires est plus forte dans la région du Haut fleuve.

Sidia rejoint un total de 100 jeunes qui participeront à quatre cours de formation professionnelle distincts à l’Institut gambien des télécommunications et du multimédia (GTMI) à savoir, l’installation de satellites et la réparation d’ordinateurs portables dans la région de la côte ouest; et l’installation de panneaux solaires et la réparation de téléphones portables dans la région du Haut fleuve.

D’une durée de 6 à 12 semaines chacun, ces cours permettront à 50 jeunes hommes et à 50 jeunes femmes d’acquérir des compétences techniques et entrepreneuriales, notamment en administration des affaires, en gestion financière et en service à la clientèle.

Selon les responsables, à la fin des cours, chaque étudiant recevra une boîte à outils lui permettant de mieux participer à des activités génératrices de revenus.

En outre, avec le soutien de l’Agence italienne de coopération pour le développement (AICS), l’OIM créera un fonds de microcrédit renouvelable auquel les étudiants qui élaboreront des propositions commerciales viables après la formation auront la possibilité d’avoir accès.

“Beaucoup de jeunes se lancent dans la migration irrégulière car ils n’ont aucun espoir. Ils ne peuvent pas trouver d’emploi”, a déclaré Malick Bah, directeur du GTMI. “Avec une Gambie de plus en plus numérisée et de telles possibilités de formation, l’espoir renaît”, a-t-il estimé.

“Depuis 2017, l’OIM a contribué au retour volontaire et à la réintégration de plus de 4.000 Gambiens bloqués à l’étranger”, a déclaré Fumiko Nagano, chef de mission de l’OIM en Gambie.

Par la suite, l’OIM mettra sur pied un programme de formation dans la région de North Bank, la quatrième plus grande région d’origine des migrants gambiens, sur la base des opportunités de marché identifiées.