Lettre ouverte aux Ministres de l’Intérieur et de l’Energie de la Gambie

Monday, November 06, 2017

Honorables Ministres,

Suite à votre rencontre ce vendredi 03 novembre 2017 avec ce collectif de la société civile qui milite pour la fin des coupures intempestives, permettez-moi de vous écrire par cette correspondance.

D’emblée, j’entame cette missive par vous féliciter pour tout le travail que vous abattez au quotidien à la tête de ces deux stratégiques maroquins depuis une dizaine de mois.

Mais Messieurs les Ministres, c’est un euphémisme de dire que la Gambie connaît une crise énergétique sans précédent. Les coupures deviennent tout simplement intenables pour nombre de vos compatriotes. Comment peut-on accepter qu’il y ait coupure pendant plus de 24h dans une capitale et cela depuis des mois ?  De surcroît en cette période de forte canicule. Difficile de pioncer sans air conditionné, sans évoquer la conservation des aliments ni comment étancher sa soif.

Trop c’est trop disent vos concitoyens ! Ils sont à bout de souffle. Ils ont patienté en vain pendant 10 mois ponctués par des promesses d’amélioration du service énergétique.

Messieurs les Ministres, je ne vous apprends pas que la démocratie tant idéalisée et chérie dans ce pays a ses préalables et réalités.

Aujourd’hui, si un groupe de jeunes décident de se faire entendre et occuper la mythique place de Westfield pour revendiquer leur droit le plus élémentaire (accès à l’énergie), où est le problème ? Pourquoi voulez-vous les en empêcher ? Donnez-leur l’occasion de s’exprimer pour dire toutes leur colère et exaspération dans une ambiance patriotique.

M. Le Ministre Fatty, vous invoquez des raisons sécuritaires pour les en dissuader. Il ne faudra qu’encadrer cette manifestation et s’assurer qu’elle soit la plus pacifique possible. Ecoutez-les, parlez- leur dans sur un ton d’apaisement et de vérité. Démocratie, Rupture avec le passé et nouvelle Gambie vous avez dit.

 Après l’alternance et l’avènement de la démocratie, le slogan favori de vos compatriotes étaient “#Gambia Has Decided”. Dorénavant, les mauvaises langues parlent de “ #Gambia Has Regretted”.

La véritable question qu’il faut poser aujourd’hui Honorables, c’est comment résoudre cette épineuse question énergétique de laquelle vous avez hérité et comment redonner confiance aux sceptiques?

NAWEC, une équation à plusieurs inconnues

C’est un secret de polichinelle, la NAWEC est un géant à la dérive. Une société en faillite qui a déposé bilan l’année dernière. Pourquoi cette obstination à la ressusciter en y injectant d’énormes sommes d’argent de nouveau ?

Aucun sentiment d’être moralisateur et donneur de leçons, mais il faudra être plus audacieux pour réformer le secteur. Pour ce faire, les options ne manquent pas: privatisation de la société par appel à candidature transparent à l’issue duquel la société la plus méritante rachètera une grande part. La prise à bras le corps de la société à court terme en injectant d’abyssales sommes pour réhabiliter toute ses infrastructures vieillissantes. Approvisionner la capitale et ses  environs à partir du service proposé par la SENELEC sur le court terme en attendant.

 Il s’agira d’une solution éphémère. D’autres pays l’ont expérimenté en attendant  une solution pérenne à l’instar du Bénin à partir du Nigeria.

 Last but not least, option plus courageuse et plus futuriste, investir dans le secteur des énergies renouvelables. Sur ce dernier, la Gambie comme ses voisins du continent a un énorme potentiel à explorer: le solaire, l’éolien et la biomasse. Cependant, chacune de ces options a ses avantages et inconvénients qu’il faudra peser minutieusement.

Quoi qu’il en soit, Messieurs les Ministres, l’heure est grave. Elle appelle à plus de sérénité et de diligence.

 De ces réformes, la souveraineté du pays, l’indépendance économique et sociale en dépend. Inutile de vous rappeler, combien la crise énergétique plombe la reprise économique. Tout investisseur serait peu enclin à vouloir investir dans un pays à forte incertitude énergétique. Merci de s’atteler à la résolution efficiente et rapide de la question.

Veuillez recevoir, Messieurs les Ministres, mes considérations distinguées.

Source: Picture: Amadou Barry