Les coulisses d’une mémorable procession

Monday, December 18, 2017

Amadou Scatred Janneh, Ministre de l’Information au moment des faits : “la première réaction de Jammeh après l’assassinat de Deyda Hydara fut de dire qu’il s’y attendait“

Les déclarations pour les moins surprenantes se font de plus en plus entendre en Gambie par la faveur de l’alternance politique. Amadou Scatred Janneh, ancien Ministre de la Communication et des Infrastructures au moment de l’assassinat de Deyda Hydara a déclaré ce samedi, en marge de la procession, que la réaction de l’ancien président Yahya Jammeh en apprenant la nouvelle fut, qu’il s’y attendait. Cette sortie est pleine de sens pour les éventuelles poursuites afin de faire la lumière sur ce crime, qui est l’un des plus odieux sous le précèdent régime.

“Cest feu Georges Christensen qui m’appris la mauvaise nouvelle et j’en ai aussitôt informé Yahya Jammeh. Il dira qu’il nous avait mis en garde, de ne pas insister sur la liberté de la presse dans le pays. Ce sont des choses auxquelles il fallait s’attendre”, déclare Amadou Scatred Janneh devant un auditoire quasi incrédule.

 Janneh s’adressait ainsi à la presse lors du pèlerinage sur le lieu où Deyda Hydara a été abattu.

 Janneh poursuit, “notre préoccupation majeure est qu’on fasse la lumière sur tous les auteurs crimes haineux : enlèvements, meurtres, viols etc.”. “Il ne devrait pas y avoir de compromis politique et que la Commission Vérité Réconciliation ne devrait pas amnistier les auteurs de ces crimes.” “La meilleure façon de préserver l’héritage des disparus  est de continuer à se battre pour la liberté afin que les criminels soient traduits en justice”, croit-il.

 Niansarang Jobe,  victime et un témoin, qui se trouvait dans le même véhicule lorsque Deyda Hydara a été brutalement abattu, a également fait allusion aux circonstances du meurtre de M. Hydara. “Après 13 ans d’aujourd’hui, venir sur ce site me donne l’impression que l’incident se passe maintenant”, a-t-elle dit avec émotion. “Mes blessures et mes douleurs reflètent chaque moment de ma vie. Désormais, nous pouvons venir ici et identifier l’endroit où il a été abattu, ce qui n’a jamais été autorisé sous l’ancien régime.  Nous voulons que justice soit faite. Nous appelons le nouveau gouvernement à faire tout ce qui est en son pouvoir pour amener les coupables  en justice”, déclare-telle.

 Pour sa part, Baba Hydara,  fils de feu Deyda Hydara, très ému, a appelé les autorités à accélérer l’enquête en veillant à ce que les suspects indiqués ne courent pas toujours et qu’ils soient traduits en justice: “J’espère que le Ministre de la Justice entendra cela pour que nous puissions travailler ensemble, martèle-t-il.

 Le secrétaire général de l’Union de la presse gambienne, Saikou Jammeh, a qualifié le meurtre de M. Hydara de “haineux”. Selon lui, les efforts ont été faits auparavant pour venir au site où le défunt Deyda a été brutalement tué, en vain.

 “C’est la première commémoration depuis la chute du régime, alors maintenant nous avons accès au lieu où il a été abattu,  aujourd’hui est un jour très symbolique”, remarque-t-il.

 Le secrétaire général de la Gambia Press Union (GPU) a appelle  à une diligence de l’enquête et à la lutte contre l’impunité en Gambie