Le président Barrow a rencontré Obiang à Nouakchott

Wednesday, July 04, 2018

Le président Adama Barrow a rencontré, ce lundi à huis clos le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema et le président soudanais Omar al-Bashir à Nouakchott. Ensemble, plusieurs sujets ont été abordés, notamment des questions  bilatérales. Il a également rencontré le secrétaire général adjoint de l’ONU, Amina J. Mohammed.

Leurs discussions ont porté sur le renforcement des relations bilatérales entre la Gambie et les deux pays. L’ONU s’est également engagée à continuer de soutenir la Gambie.

D’autre part, les chefs d’Etat au 31ème Sommet de l’Union africaine (UA) ont discuté lundi de la question des migrations avec l’Union européenne (UE), une question qui préoccupe le continent depuis si longtemps.

Les deux parties ont eu l’occasion de parler de plusieurs questions cruciales sur la migration, y compris la gestion de la crise migratoire par l’Union européenne (UE).

Lors d’une conférence de presse lundi, Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères du Maroc, a fermement condamné la prochaine création d’une plate-forme de débarquement pour les migrants en dehors de l’UE.

Ce projet a été annoncé la semaine dernière par l’UE pour demotiver les migrants illégaux. “C’est une mauvaise décision”, a déclaré Nasser Bourita. C’est une solution facile qui ne peut qu’être contre-productive. “

“Notre organisation ne peut pas faire deux poids deux mesures”, affirme Moussa Faki Mahamat, qui a condamné par ailleurs des violations flagrantes des droits des migrants.

Le sommet de cette année est placé sous le signe de la lutte contre la corruption. Plusieurs sujets figuraient à l’ordre du jour, tels que la réforme de l’UA ou l’établissement de la zone de libre-échange continentale (ZLEC).

A propos de la crise en République démocratique du Congo (RDC), Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, a exhorté chaque partie à engager le dialogue et à “aller au-delà des intérêts personnels”.

Sur la question du Sahara Occidental, les chefs d’Etat ont nommé une troïka qui deviendra l’interlocuteur des Nations Unies. Désormais, toutes les décisions de la gestion de cette crise seront prises à New York et non à Addis-Abeba.

Source: Photo: Le président Barrow et Obiang Nguema