La Convention d’Abidjan Met en Place les Normes Environnementales au Profit des Zones de la Convention

Tuesday, November 27, 2018
La Convention d’Abidjan et la ‘National Environnemental Agency’ (NEA) ont organisé ensemble un séminaire de deux jours visant à renflouer les capacités vis-à-vis des normes et standards pour l’exploitation du Pétrole et du Gaz dans les zones de la Convention. L’engagement vise à faire de la consultance et promouvoir le dialogue entre acteurs du Secteur sur les sujets concernant l’Environnement National. De même, un Cadre Juridique fonctionnel qui adresse les besoins de la gestion des côtes et la gestion de l’environnement maritime verra le jour. De plus, l’opportunité de discuter les sujets d’actualités et ceux à venir relatant la gestion côtière et maritime, surtout dans la Sous-Région se présentera. Le point focal de la Gambie vis-à-vis de la Convention d’Abidjan, cita Momodou J. SUWAREH était de créer un Cadre Légal qui pourrait superviser et surveiller toutes activités offshores de pétrole et de gaz. A Accra, au Ghana, avec la COP 9, les signataires de la Convention d’Abidjan adoptèrent des décisions de grandes envergures afin de prévenir la pollution dérivée des activités offshores. Mr. SUWAREH divulgua durant la COP 10 qui fut tenu à la République Démocratique du Congo en Novembre 2012, la décision prise par les parties signataires notamment la Décision CP.10/8 concernant les normes environnementales pour l’exploitation des minéraux et des ressources minérales entreprises sur les côtes des Pays Signataires. La décision appelle à développer des initiatives avec des organismes internationaux de grande renommés tel que la ‘IMO’, la ‘UNEP’, les organismes régionaux et les industries extractives. Le but serait de développer des normes environnementales pour tous les Membres Signataires afin de réguler toutes explorations et exploitations de minéraux et de ressources minéraux entreprises sur leurs côtes respectives. Selon lui, la zone de la Convention fait partie de trois écosystèmes bien distincts : la ‘Canary Current Large Marine Eco-System (allant du Maroc à la Guinée), la ‘Current Large Maritime Ecosystem (allant de la Guinée Bissau à la RDC) et la Benguela Current Large Marine Ecosystem (allant du Nord/Sud de l’Angola à l’Est de la ‘Cape of Good Hope’ en Afrique du Sud). Ces écosystèmes comprennent des deltas, des mangroves, des herbiers, des prairies, des zones humides, des barrières et des lagunes. Mr. SUWAREH qui est aussi le Directeur de la National Environnement Agency à divulguer de plus que l’extraction du pétrole et du gaz créé de l’énergie et des ressources nécessaires dans le quotidien de toute société. Cependant, il y a des dépenses présentes et futures directes et indirectes à comparer aux gains de tels activités. ‘L’Industrie du Pétrole et du Gaz impacte les êtres humains et l’environnement à travers le Changement Climatique, les opérations entreprises sur le terrain et en mer, les impacts positifs et négatifs sur les économies aussi bien que les activités illégales de l’industrie du Pétrole qui détruit l’habitat et la biodiversité.’ Cita-t-il. Il nota que la ‘Extractive Industry Review’ (EIR) suggéra que l’éradication de la pauvreté, des politiques sociales et environnementales efficaces et le respect des droits humains étaient à la base de leur politique pour l’Industrie Extractive. Il remercia le Secrétaire de la Convention d’Abidjan, la ‘UNEP’ et la ‘MAVA Foundation’ pour leurs accompagnements continuels de la part du Gouvernement de la Gambie.