Interview exclusive avec l’opposant gambien Baboucarr Jabbie

Tuesday, December 12, 2017

“Jammeh seul ne peut pas être blâmé pour toutes les atrocités commises durant 22 ans”

Dans une  interview exclusive accordée au Point depuis Paris où il réside, le chef du Parti National pour le Progrès (NPP), parti récemment crée, déclare que l’ancien président Yahya Jammeh ne peut pas être blâmé pour toutes les violations des droits de l’homme et les atrocités commises au cours des 22 dernières années.

“Ce qui est important maintenant, c’est que les Gambiens se pardonnent mutuellement dans l’intérêt de la réconciliation nationale”, préconise-t-il d’emblée.

La Gambie nous appartient tous, indépendamment de nos affiliations tribales ou religieuses; nous devrions nous réconcilier et pardonner les uns et les autres. Jammeh et les membres de son ancien gouvernement ont fait ce qu’ils devaient faire; que ce soit bon ou mauvais et nous ne pouvons pas blâmer Jammeh seul pour toutes les malversations, les violations des droits de l’homme au cours de ces 22 années de pouvoir. Il existe des gens qui servent encore le gouvernement qui l’ont soutenu pour commettre ces actions. “

Poursuivre Jammeh, selon lui, n’est pas la solution et que “s’il doit être poursuivi” cela signifie que tous ces hauts fonctionnaires du gouvernement actuel devraient également être poursuivis pour l’avoir aidé, pense-t-il.

A cette fin, il a souligné que les Gambiens ont plus que jamais besoin les uns des autres pour toujours promouvoir la réconciliation nationale afin d’instaurer la paix et la stabilité en Gambie.

Il poursuit: “je suis vraiment d’accord avec Seedy S.K. Njie qui a dit que les crimes les plus odieux se sont produits dans d’autres pays africains, ce qui ne s’est jamais produit en Gambie. Mais ils se sont réconciliés et ont ouvert un nouveau chapitre “, a-t-il dit. “Je pense que nous devrions penser à ce point, voir comment mieux ramener nos jeunes qui sont réduits en esclaves en Libye et comment créer plus d’opportunités d’emploi pour eux.”

NPP, qui est le dernier parti dans le landerneau politique du pays, vise à promouvoir la réconciliation nationale, l’agriculture, la qualité des soins de santé et de l’éducation, le tourisme et d’assurer un système de transport efficace dans le pays, informe-t-il.

Dans le passé, l’opinion gambienne se souvient que Jabbie, âgé de 38 ans, était l’ancien président de l’association qui milite contre l’émigration illégale, dénommée “Operation No Backway to Europe” (ONGE). 

Source: Photo: Baboucarr Jabbie, l’ancien militant contre l’émigration clandestine et désormais opposant politique