Gambie : réaction dans un message audio de Jammeh à un incident dans son village

Thursday, May 30, 2019

L’ex-président gambien Yahya Jammeh, en exil en Guinée Equatoriale, a réagi dans un enregistrement audio à un incident au cours duquel un habitant de son village de Kanilai a été blessé la semaine dernière par un soldat gambien.

Avant cet enregistrement sur WhatsApp, obtenu mercredi et authentifié par un correspondant de l’AFP, la diffusion en juillet 2018 d’une conversation téléphonique entre M. Jammeh et des membres de son parti avait révélé son intention de rentrer un jour dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest qu’il a dirigé d’une main de fer pendant 22 ans.

Dans cet enregistrement, Yahya Jammeh exprime sa colère après un un incident au cours duquel un habitant de son village, à une centaine de km à l’est de Banjul, lui-même ancien militaire, a été blessé le 19 mai par un soldat gambien.

LIRE AUSSI :

Un ministre de l’ex-président Jammeh inculpé de tentative de subornation de témoins

“C’est la deuxième fois que cela arrive à Kanilai”, déplore-t-il, en référence à un incident en juin 2017 lors d’une manifestation contre la présence des forces de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), qui s’était soldée par la mort d’un participant.

Yahya Jammeh y appelle les habitants de Kanilai à “ne pas se faire justice eux-mêmes”, promettant de “régler le problème”, sans autre précision.

L’armée gambienne a affirmé que l’incident de Kanilai avait été déclenché par le refus d’un conducteur d’obtempérer à l’injonction d’une sentinelle, d’arrêter son véhicule pour une fouille.

Selon un communiqué de l’armée, qui a annoncé l’ouverture d’une enquête sur “cet incident regrettable”, le soldat a alors tiré sur le véhicule afin de l’immobiliser, “blessant le conducteur au dos”.

Le conducteur est actuellement traité pour des blessures par balle au dos, a indiqué à l’AFP une source à l’hôpital où il a été admis.

Cet incident se produit à un moment de tensions entre le président Adama Barrow et une partie de la coalition de l’ex-opposition qui l’a désigné comme candidat face à Yahya Jammeh en 2016, pour exercer le pouvoir pendant une période de transition de trois ans, avant une nouvelle élection.

Ces tensions, dues notamment à la volonté de M. Barrow d’aller jusqu’au bout de son mandat de cinq ans, se sont traduites par le limogeage en mars du vice-président Ousainou Darboe, chef du Parti démocratique uni (UDP), dont il est issu.

Quinze militants d’un collectif opposés à ce projet et réclamant l’organisation d’une nouvelle élection en décembre ont été interpellés le 10 mai et doivent depuis pointer quotidiennement au poste de police.

Lors d’une conférence de presse lundi, le président de l’Ordre des avocats, Salieu Taal, a qualifié l’action de la police envers ces manifestants “d’affront à l’Etat de droit”.