Gambie: Adama Barrow tente d’éteindre la contestation sur la durée de son mandat

Tuesday, October 01, 2019

Lors de son élection en décembre 2016, le président gambien Adama Barrow avait convenu de se retirer au bout de 3 ans. C’était l’accord conclu avec la coalition qui l’a porté au pouvoir. Bien décidé à rester au pouvoir 5 ans, Adama Barrow tente de montrer qu’il est soutenu pour justifier la continuation de sa présidence.

Adama Barrow fait face à un opposant de taille : son ancien parti, l’UDP. Vendredi 27 septembre, le Parti démocratique unifié a refusé de rejoindre la coalition de 2016 pour étendre le mandat du président jusqu’en 2021. Six alliés sur huit ont donné leur feu vert au chef de l’État lors d’une cérémonie abondamment relayée par le palais présidentiel.

L’UDP n’appelle pas à la démission d’Adama Barrow, mais son jugement sur le mandat en cours est très sévère, explique Almami Taal, porte-parole de l’UDP : « Maintenant, on sait qu’Adama Barrow n’a aucune connaissance, il n’a aucune expérience gouvernementale, il n’a pas l’éducation. En revanche, son entourage a de l’éducation et une expérience gouvernementale, mais il reste assis à ne rien faire, à gaspiller l’argent du contribuable et le pays fait du sur-place. »

« Seul Dieu peut me retirer du pouvoir », avait déclaré Adama Barrow en avril, bien décidé à rester en poste jusqu’en 2021. Au mois de décembre, le mouvement citoyen Three Years Jotna (Trois ans ça suffit) prévoit de manifester pour lui demander de quitter le pouvoir. Il pourrait être soutenu par l’UDP, première force politique du pays avec 31 députés.