Economie : les recettes fiscales de la Gambie estimées à 19 milliards de Dalasis en 2018

Wednesday, November 29, 2017

L’Economie gambienne respire beaucoup mieux, malgré les difficultés notées cette année. La reprise est bien entamée. L’année prochaine, on présage des perspectives beaucoup plus reluisantes pour le pays. Le Ministre de l’Economie et des Finances de Gambie, Amadou Sanneh a révélé que les recettes totales du pays pour 2018 sont estimées à 19,399 milliards de Dalasis. Ce qui représente une augmentation significative de 63% par rapport à celles de cette année dont les estimations tablaient sur 11,909 milliards de monnaie gambienne.

Amadou Sanneh, lors du vote de son budget à l’Hémicycle ce lundi, a déclaré que l’augmentation des recettes fiscales était principalement due à l’augmentation des subventions de projets.

Selon les estimations, les subventions de projets devraient passer de 782 millions de Dalasis en 2017 à environ 8 milliards. “Nous prévoyons également un soutien budgétaire de l’ordre de 1,96 milliards de Dalasis attendus de nos partenaires au développement en 2018”, indique-t-il.

Selon le Ministre des Finances, l’économie gambienne devrait croître de 5,3% en 2017, contre 2,2% en 2016.  La croissance du secteur agricole, principal moteur de croissance économique globale, devrait rebondir de 5,5% en 2017.

Selon lui, l’industrie agricole devrait également connaître une croissance de 6,5 %, soulignant les perspectives positives de l’économie par rapport aux 3,1 % en 2016.

Seule fausse note dans ces belles perspectives, le secteur tertiaire qu’est le tourisme. Secteur pour sa part devrait connaître un léger recul. La croissance passant de 5,1% en 2016 à une prévision qui recule à 4,5% en 2017, a-t-il déclaré. “La faible performance du secteur est due à l’impact négatif de l’impasse politique de décembre à janvier qui a affecté le secteur, les hôtels étant vides sur la période janvier à mars 2017”.

Le Ministre Sanneh est allé plus loin pour informer les députés que le taux de change monétaire connait une légère amélioration et l’accès au financement abordable. Le taux de change passant de 20% début 2017 à 15% en fin juin 2017.

“La masse monétaire en septembre 2017 a augmenté de 22% comparé à 8,3% sur la même période en 2016, reflétant la hausse significative des avoirs extérieurs nets du système bancaire”, révèle-t-il.

Sur le plan budgétaire, le Ministre des Finances de déclarer que le taux d’exécution du budget s’était améliorée au cours de l’année écoulée par rapport aux années précédentes, lorsque les politiques budgétaires expansionnistes ont entraîné des dépassements budgétaires insoutenables, ce qui entraînait aussi des emprunts importants pour combler le déficit.

En ce qui concerne les dépenses, il indique que celles-ci et les prêts nets atteignaient environ 8,7 milliards de Dalasis fin octobre, soit 1,9% de moins que le chiffre de 8,87 milliards de 2016.

“Les dépenses réelles actuelles, composées de salaires et de dépenses ont augmenté de 6% et 9% respectivement (janvier-octobre), alors que les autres charges ont diminué de 11% par rapport à la même période en 2016”, conclu-t-il.

 

 

Author: Amadou Barry
Source: Photo: Amadou Sanneh, l’argentier de l’Etat