Echos de la commission d’audit de l’ancien régime,Plein feu sur la fortune des Jammeh

Wednesday, December 13, 2017

Pour la énième fois, M. Ayodele Bolaji, directeur général de Guaranty Trust Bank a réapparu ce lundi devant la commission d’enquête sur le régime Jammeh. A l’ordre du jour, des témoignages sur les comptes des Jammeh(le couple présidentiel).

Selon lui,  ces derniers possédaient quatre comptes à la dite banque, tous ouverts en 2015 sous forme de différentes monnaies: Dalasi, Euro, Dollar et Livre Sterling.

Au début de la séance, il déclare que le compte en Dalasi a été ouvert le 7 février 2015 et fermé le 30 juin 2017. Ce compte a été gelé et que la dernière transaction a eu lieu le 23 janvier 2017. Au lendemain du départ tonitruant de Jammeh.

Selon lui, le dépôt total dans ce compte, était 5 780.725 dalasis. Lequel, il indique était le compte du salaire de Jammeh. A l’en croire, son salaire mensuel était D170, 000 dalasis.

Il déclare que le solde total était plus de  4 milliards de Dalasis, ajoutant qu’il y avait deux retraits. Selon lui, il y avait un dépôt total de 22 000 dollars en 2015, retirés le 8 janvier 2017.

Il poursuit, le compte en euros a été ouvert le 8 janvier 2015 avec un dépôt de 15000 euros et que celui du livre sterling a été ouvert en 2015 avec un dépôt de 12 500 livres sterling.

À ce stade de la session, les informations de transfert, les relevés de compte en Dalasi, en Dollar, en Livre Sterling et en Euro ont été brandis et admis comme pièces à conviction.

S’agissant du traitement de l’ex-première dame, ce témoin privilégié  révélé qu’il y avait quatre comptes ouverts le 10 octobre 2016: à savoir en Dalasi, en Euro et en dollar respectivement.

Sur le compte en Dalasi, l’ex-première dame Zainab Jammeh et Alagie Ousman Ceesay étaient signataires du compte. La première transaction a été effectuée le même jour que le compte a été ouvert alors que la dernière transaction date de 13 janvier 2017. Selon lui, Le dépôt total dans le compte était 126 844 dalasis.

Il indique que ce compte était classé comme un compte de l’Etat, parce qu’il avait été ouvert sur la base de la lettre que la banque avait reçue du bureau de la première dame et que le solde actuel de ce compte était de 15 dalasis.

Pour le compte en dollar, il  déclare qu’il avait été ouvert le 10 octobre 2016 , la dernière transaction datait du 13 janvier 2017, avec un dépôt total de 287 451 dollars, laissant un solde actuel de 8 691 dollars.

Selon lui, tous les paiements étaient en espèces déposés par Alagie Ousman Ceesay, chef du protocole de l’ex­président. Il  révèle cependant qu’il y avait plusieurs transferts aux États-Unis d’Amérique, en France et au Maroc entre temps.

Sur le compte en euros, le banquier a témoigné qu’il y avait un dépôt de 33.896,52 euros dans le compte et la première transaction a été faite le 10 janvier 2017. Alors que la dernière transaction date du  13 janvier 2017 lors duquel il y avait cinq dépôts effectués par Alagie Ousman Ceesay.

M. Bolaji a également révélé que tous les transferts avaient été envoyés aux États-Unis à des bénéficiaires différents.

À ce stade, le témoin a convenu avec Maître Bensouda que les comptes étaient utilisés pour les affaires personnelles de la première dame. Les documents relatifs à tous ces comptes ont été déposés et admis comme pièces à conviction.

Concernant le compte de l’Opération Save the Children, le compte avait à la fois de la monnaie nationale Dalasi et de Dollar.  Ses signataires étaient l’ancienne première dame et l’ancienne vice-présidente, Isatou Njie Saidy. Les comptes ont été ouverts le 29 janvier 2016  sur ordre du bureau de l’ex-première dame, signée Fatou Mass Jobe-Njie.

Selon lui, la première transaction a eu lieu le 28 septembre 2016, alors que la dernière date du 8 mars 2017, mais le compte a été gelé.

Il a indiqué que le montant total de ce dépôt était de 506 865 160 dollars et que la somme de 25 000 dollars avait été transférée à Israël. Les deux chèques d’un montant de 68 250 dollars et un autre de 88 000 dollars avaient été virés. Le solde était de 597 165 dollars et la somme de 4 190 dollars a été transférée à T.K. Motors, car il n’y avait pas de transfert en dollars aux hôpitaux.

Sur le compte en Dalasi, M. Bolaji révèle que la somme d’environ 21 millions  de monnaie nationale a été déposée tandis que le solde était aujourd’hui de plus  d’un million. Il fait savoir que l’origine de ces fonds était des donateurs de la République de Chine avec un  don de plus de 400 000 dollars.

Les autres donateurs étaient Jah Oil Company avec 1million de dalasis, NAWEC,400000 dalasis , l’Autorité fiscale gambienne (GRA), la Gambia International Airline (GIA) et la Gambia Sécurity Food ont tous fait un important don à Save Children en achetant des tables pour la réception.

M. Edrisa Njie, directeur général des services d’ingénierie de  Gambie (GAMECS), a été convoqué a son tour. Pourla construction des cales pour deux ferries, Aljamdou et Kansala.

Il déclare qu’en 2011, il a été appelé pour la construction de cales pour lesdits ferries.

Selon lui, leur mission consistait à concevoir des cales pour les bacs, en se basant sur les informations qu’ils avaient respectivement de Gallia Holding et de GPA.

Il fait savoir qu’avant de construire les rampes de mise à l’eau, il a été recommande que la situation géologique soit identifiée, mais ils ont ensuite réalisé que les ferries  ne pouvaient pas accoster et on a conseillé à la GPA de déplacer le site d’amarrage. Pendant qu’Aljamdou était en essai en mer, le vérin électrique est tombé dans l’eau.  Contrairement à Kansala  qui a pu accoster sur la cale construite à Banjul.

Cependant, ils ont été plus tard sommés de quitter l’endroit et que des soldats ont été déployés et depuis lors, il ne savait pas ce qui s’est passé.

M. Njie, fait savoir qu’avec des dragues, Kansala aurait pu continuer à opérer. Ajoutant qu’il ne savait pas pourquoi le vérin électrique d’Aljamdo ne tombait pas non plus. Et qu’il ne savait pas pourquoi on leur avait demandé d’évacuer les lieux.  Même s’il y avait un autre projet en cours pour lequel il disait avoir demandé leurs services pour mener une étude géologique.

Il indique  que personne n’était autorisé à aller voir le nouveau projet supervisé par Global Trading, et qu’il était sur le terrain depuis 60 ans.

M. Njie a finalement témoigné qu’il n’y avait pas d’information adéquate à leur disposition avant l’arrivée des ferries.

Musa Bittaye, un avocat chevronné, a également témoigné sur le recouvrement de 3 000 000 de dollars transférés par le capitaine Ebou Jallow.

Il a rappelé qu’il avait été nommé Garde des Sceaux et Ministre de la Justice le 15 janvier 1996 et il avait été remercié le 23 avril 1996.

Selon lui, en 1996, le président de l’AFPRC, Yahya Jammeh, lui a demandé par téléphone de le voir à State House et lui a dit que le capitaine Ebou Jallow avait transféré 3 millions de dollars et demandé son avis sur ce qu’il devait faire.

Il conseillera à l’ancien président de se rendre en Suisse. Mais avant son voyage à Genève, il a contacté le consul gambien pour prendre des dispositions pour qu’il sexplique devant un juge. Ce qui fut fait.

Face au juge, on lui a demandé des preuves et il a alors contacté le Ministère de la Défense et la Banque centrale pour lui fournir certains documents qu’il avait utilisés pour persuader le juge. Par la suite, le compte du capitaine Jallow en Suisse était bloqué.

Selon lui, en raison de son implication légale, il a engagé un avocat suisse pour geler le compte du capitaine Jallow. Mais il a été relevé de ses fonctions à son retour au pays.

Il présume que ceux qui lui avaient succédé auraient procédé au règlement de l’affaire en Suisse. Cependant, il ne se souvenait plus de la banque où le capitaine Jallow avait transféré ladite somme.

Maître Bittaye  ajoute que l’argent transféré par le capitaine Jallow appartenait à l’ancien gouvernement. Et qu’à sa connaissance, le capitaine Jallow avait reçu une autorisation pour ouvrir le compte en Suisse. Tout en indiquant qu’il n’avait pas demandé l’ouverture du compte en Suisse et que le capitaine Jallow n’était pas autorisé à retirer l’argent, car il n’avait jamais consulté ses collègues.

Il confesse qu’il ne savait jamais si l’argent avait été bel et bien récupéré. Car dit-il, à l’époque, le capitaine Jallow, Yankuba Touray et Edward Singhatey étaient tous  membres de l’AFPRC, devenu plus tard APRC .

Source: Photo: Le DG de la GT Bank a livré d’accablantes informations sur Jammeh