Conférence de presse de L’association nationale des victimes du régime Jammeh

Friday, May 18, 2018

L’institution appelle le Ghana à rouvrir l’enquête pour extrader l’ex-président vers ce pays

Pour réagir au rapport conjoint des deux organisations des droits de l’Homme :Human Wright Watch et Trial International, rendu public hier, révélant de nouvelles preuves contre Jammeh, l’Association des victimes du régime Jammeh a tenu une conférence de presse ce matin à Banjul. En collaboration avec les autorités ghanéennes, l’institution veut la réouverture de l’enquête sur le massacre d’une cinquantaine de migrants ouest-africains, dont la majorité étaient des Ghanéens en 2005. Cette enquête doit aboutir à l’extradition de Yahya Jammeh vers le Ghana, car disent ces membres, la Gambie n’est pas encore prête pour juger l’ex-président.

C’est ce que fait savoir Marion Volkmann, franco-allemande, avocate des droits humains, coordinatrice de la campagne, “Jammeh to Justice”, une campagne qui vise à traduire l’ancien président devant les tribunaux. Elle était la porte-parole du jour. 

Source: Picture: Marion Volkmann, coordinatrice de la campagne #Jammeh2Justice