Commission d’enquête sur le régime de Jammeh,Enième réapparition d’Amadou Samba, l´ex-proche de Jammeh

Wednesday, November 15, 2017

Amadou Samba a réapparu avant-hier devant la Commission d’enquête sur le régime Jammeh. A l’ordre du jour, sa déclaration à la commission auparavant indiquant  qu’il n’avait rien à voir avec la vente de Gamveg Oil Company Ltd. et que M. Mazagi en était le responsable.

Dès l’entame de l’audition, Amadou Samba déclare sans ambages qu’il n’avait signé aucun document et qu’il n’avait jamais été impliqué de près ou de loin à l’ensemble de la vente de ladite entreprise.

Il dira à la commission qu’il n’y avait rien à se reprocher dans cette transaction et que tout avait été négocié en son absence.

Il confie que l’on ne pouvait pas s’opposer à l’ancien président, non sans dire que face à ce dernier, on n’avait rarement le choix.

À ce stade de l’audition, il a été renvoyé à certaines lettres, qu’il dit voir pour la première fois.

M. Samba postule que M. Bazzi lui avait fait signer le contrat, lequel était presque consommé.

Il  témoigne que sa signature ne figurait pas sur le document, et qu’il était contre le contrat.

Ajoutant qu’il n’avait jamais parlé aux membres du conseil de la SSHFC pour leur faire part d’une quelconque préoccupation.

M. Samba de révéler que l’ancien président lui aurait dit qu’il n’avait jamais envoyé Pa Bojang pour que la SSHFC prête 2 000 000 $ à la KGI (Kanilai Group International), et c’est pourquoi il avait demandé aux membres du conseil de restituer cette somme.

Il avoue être au courant que l’ancien président était le propriétaire de l’hôtel Kairaba Beach et que celui-ci était président du conseil d’administration.

Cependant, il n’avait jamais été invité par l’ancien président lors de la revente de l’hôtel, les documents pour la revente étaient signés par l’ex homme fort, Edward Gomez, informe-t-il.

Il déclare que toutes les décisions concernant l’hôtel Kairaba Beach ont été prises par Baba Jobe, qui l’avait racheté auprès de Side Gambia Investment Ltd.

Plus loin, M. Samba révèlera que lui et ses partenaires pour leur part avaient racheté Sun Beach Hotel.

L’ex proche de Jammeh de dire derechef que Baba Jobe et Lang Conteh ont transféré leurs parts de l’hôtel à la société de l’ancien président, appelée Millennium Industrial Trading Ltd.

La commission de lui demander comment savait-il cela ?

Il répond qu’il avait fait ses proches recherches et que son avocat, Mary Samba, lui avait également remis des documents en rapport avec ladite société.

On demande ensuite à M. Samba s’il était un proche associé de l’ancien président. Ce à quoi il répondra ironiquement que “si vous vous associez à ce dernier pour faire des affaires, il prendrait tout votre argent”.

Avant de faire savoir qu’il n’était qu’un ami, ajoutant qu’il collaborait également avec celui-ci dans les secteurs du ciment et de la pêche.

M. Samba d’informer que l’ancien président faisait des prêts  qu’il ne remboursait jamais, déclarant en outre que ce dernier l’a utilisé plutôt à son avantage.

Il confie qu’il voulait quitter le pays à un moment, car estimait-il qu’il était risqué de rester ici, et qu’il craignait pour sa vie.

Il confesse qu’il n’avait jamais réussi à gérer toutes les propriétés de l’ancien président.

On lui demande alors s’il collaborait toujours avec Jammeh ou travaillait-il toujours avec lui. Ce à quoi il répondra non, non sans mentionner que l’ex-président ne l’a jamais impliqué dans son entreprise.

Il niera plus tard l’information selon laquelle, ce dernier lui avait remis une somme de 9 000 000 $ à déposer.

M. Samba confirme par contre qu’il se rendait régulièrement au bureau de Jammeh, qu’ils échangeaient au téléphone, affirmant dans la foulée qu’ils n’avaient que de relations sociales.

Avant de conclure cette foire au déballage, il indique qu’il soutenait financièrement l´APRC, étant un membre du parti, ajoutant que l’ancien président le sollicitait aussi quand il avait besoin de devises étrangères.

Auteur: Daouda Faye

Traduction: Amadou Barry

Source: Picture: Amadou Samba, ex-proche du président Jammeh