Analyse Politique - Limogeage de Mai Ahmed Fatty: quelle lecture en faire?

Tuesday, November 14, 2017

C’est par un communiqué de la Présidence que son Excellence Adama Barrow, Président de la République a remercié ce vendredi 10 novembre 2017 Mai Ahmad Fatty, jusque-là Ministre de l’Intérieur. Un mini-remaniement ministériel aux relents de réajustement sous la gouvernance Barrow qui surprend plus d’un. Toujours est-il que dans son communique, la Présidence n’avance aucun motif pour se séparer de l’un de ses plus influents Ministres. Une manie qui  rappelle bien des choses à l’opinion nationale, habituée à de telles pratiques sous la dictature de Jammeh. Une pratique qui fait le lit également à toutes sortes de commentaires auprès de l’opinion.

M. Fatty a fait  partie du premier gouvernement du président Barrow qui a été investi en février 2017 suite à une élection durement acquise après 22 ans de régime autocratique de Jammeh. Aujourd’hui, il est devenu le premier du gouvernement de transition à être relevé de ses fonctions.

Les analystes politiques estiment que sa défenestration pourrait être liée à son incapacité à fournir des cartes d’identité biométriques et des passeports à ses concitoyens.

A sa prise de fonctions en février dernier pourtant, la production, la livraison des cartes d’identité et des passeports étaient l’une de ses priorités. Cependant, son bilan n’est pas aussi négatif. Il fait partie de ces plus influents ministres du régime qui étaient toujours présents sur le terrain à dialoguer avec les populations et les forces de l’ordre.

 Récemment, sur le dossier dit de “Westfield occupy”, il avait reçu le collectif des jeunes qui entendait se faire entendre. Collectif qu’il avait bien reçu et dialogué avec, malgré la mesure de l’interdiction de la marche appliquée par la suite.

Autre lecture à faire dans ce limogeage, c’est le manque de base politique de Mai Ahmet Fatty. Pour rappel, aux législatives d’avril dernier, son parti, la GMC (Gambia Moral Congress), candidat à cette échéance n’avait obtenu aucun siège à l’Hémicycle. Une débâcle fatale pour un homme qui se veut acteur politique dans un pays. Va-t-il faire de sorties fracassantes au lendemain de son limogeage? Quittera-t-il la coalition au pouvoir ? Pour le moment, nous donnons notre langue au chat, tout en espérant être édifié dans un avenir proche.

Dorénavant, on l’annonce dans la Diplomatie gambienne. Il est très probable qu’il soit détaché comme Ambassadeur de la Gambie à l’étranger où il pourra toujours servir son pays. Une disgrâce pour ce membre de la coalition, naguère réputé proche de Barrow qu’il avait accompagné à Bamako, puis à Dakar pour servir de porte-parole au plus fort de la crise.

Voici l’intégralité du communiqué de la Présidence:

“Il est à porter à l’opinion que Son Excellence M. Adama Barrow, Président de la République de Gambie, en vertu de l’article 71 (4) (b) de la Constitution de la République de Gambie, a décidé de remercier M. Mai Ahmad Fatty au poste de Ministre de l’Intérieur à compter d’aujourd’hui, vendredi 10 novembre 2017. M. Fatty a été réaffecté au service diplomatique.

Dans le même ordre, Son Excellence le Président a chargé le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux,  M. Abubacarr M. Tambedou, d’assurer l’intérim du Maroquin de l’Intérieur jusqu’à nouvel ordre. “

Author: Amadou Barry
Source: Picture: Le désormais ex-Ministre de l’Interieur, Mai Ahmet Fatty