Actualité nationale - La nomination d’anciens caciques du régime de Jammeh dans le nouveau gouvernement suscite de l’incompréhension et de la colère

Tuesday, July 03, 2018

En Gambie, le remaniement ministériel de vendredi dernier suscite des remous. L’opinion critique ce qu’elle appelle “le recyclage” de deux ministres ayant servi sous Jammeh. En effet, Momodou Tangara et Mambury Njie qui ont longtemps servi sous l’ancien régime viennent d’être nommés à des postes stratégiques, respectivement ministre des Affaires étrangères, et ministre de l’Economie et des Finances. L’annonce de la nomination de Mambury Njie particulièrement a suscité de vives critiques. Plusieurs membres du Parti démocratique unifié (UDP), le parti de Barrow, s’étaient opposés à cette décision du chef de l’Etat. Prétextant que ce dernier était un proche de Yahya Jammeh  et a été pendant une dizaine d’années son ministre de l’Economie et des Finances. Il faut rappeler qu’il a récemment comparu devant la Commission d’enquête sur le régime précèdent.  Selon nos informations, Il a fallu beaucoup de tractations  pour que la présidence confirme cette nomination, près de 24 h après.

À peine nommé, Mamboury Njie, le nouveau ministre gambien de l’Economie et des Finances est au centre de toutes les critiques. La presse locale révèle qu’il a été récemment entendu comme témoin par la Commission d’enquête mise sur pied l’année dernière pour faire la lumière sur le régime Jammeh. Le moins que l’on puisse dire est que les critiques qui ont suivi sa nomination ont eu l’effet de semer des atermoiements à la présidence.

Dans un deuxième communiqué publié quelques heures après sa nomination, vendredi, le nom de MamburyNjie a été retiré de la liste et le poste de ministre de l’Economie et des Finances laissé vacant. Nous informe-t-on, la  pression des jeunes de l’UDP, parti dont est issu Adama Barrow, a eu raison, pendant quelques heures, sur une nomination qui était pourtant décidée quelques heures auparavant. C’est dans la matinée de samedi qu’un troisième communiqué émanant de la présidence le confirma à ce poste.

« Ce tâtonnement prouve que nous avons un président qui ne sait pas ce qu’il fait. Ramener aux affaires deux hommes fossoyeurs de la République comme Mambury Njie alors qu’il n’a pas encore fini d’être entendu par la commission d’enquête est à la limite une trahison. L’idéal voudrait que la Commission vérité et réconciliation soit installée et que les responsabilités soient situées, avant de décider de nommer qui que ce soit », a posté sur sa page Facebook Mady Jubarteh, secrétaire général de Tango, l’association des organisations de la société civile gambienne qui regrette également la réduction du nombre de femmes au sein du gouvernement qui passe de 4 à 2.

L’autre proche de l’ancien régime ramené aux affaires et qui fait l’objet de critiques est le nouveau ministre des Affaires Etrangères, Momodou Tangara. Un poste qu’il connait bien pour l’avoir occupé. Réputé proche de Yaya Jammeh, Tangara, universitaire et ancien ministre de l’Enseignement supérieur a longtemps servi sous le prédécesseur d’Adama Barrow.