Actualité nationale Commission d’enquête sur le régime Jammeh Les propriétés de l’ex-président rendues public

Wednesday, March 28, 2018

Venus témoigner ce lundi, des enquêteurs désignés par les membres de la Commission chargée d’enquêter sur le régime de l’ex-président, Yahya Jammeh, ont révélé que ce dernier possède une vingtaine de propriétés dans le seul centre-ville de Banjul. Delo Baldeh, commissaire de police, chef des enquêteurs étaient accompagné à la barre par le directeur du cadastre, celui du département du tourisme, le secrétaire général du Ministère de la Justice. Ils ont présenté les procédures, les emplacements et les prix des propriétés acquises par l’ancien président en exil en Guinée Equatoriale.

C’est une véritable caverne d’Ali Baba qu’ont découvert les enquêteurs de la commission d’enquête sur le régime de l’ancien président Jammeh. Selon ces enquêteurs, 4 autres propriétés  ont été découvertes, ce qui en fait un total de vingt-huit.

Ces biens sont situés dans différentes quartiers du centre-ville de Banjul, ce qui représente des centaines de millions de dalasis, environ une trentaine de milliards de Fcfa.

A en croire ces enquêteurs, l’ex-président ne se refusait rien, allant jusqu’à racheter une des propriétés de son prédécesseur, Dawda Kairaba Jawara dans un quartier de Banjul, à quelques encablures du palais présidentiel, à hauteur de 650 000 $, environ 345 millions de CFA.

Poursuivant son témoignage, Delo Baldeh a déclaré que l’ex dirigeant possédait 38 autres propriétés dans la banlieue de la capitale. La plupart de ces propriétés sont des bâtiments haut de gamme, abritant des Ministères, des hôtels 3 à 4 étoiles.

Les enquêteurs sont toujours à la recherche d’autres propriétés dans d’autres localités du pays.

Cette commission présidait par 4 magistrats a débuté ses activités au mois d’aout dernier. Elle entend faire la lumière sur tout ce qui s’est passé en 22 ans de régime du prédécesseur d’Adama Barrow. Depuis lors, les auditions se poursuivent du lundi au jeudi.  À longueur de journée, les anciens collaborateurs de Jammeh sont invités devant la barre pour dire leur gestion de la chose publique. La commission poursuit ses activités jusqu’à début mai prochain. Après quoi, elle soumettra ses rapports au président de la République pour les éventuelles poursuites.