Actualité nationale

Thursday, June 14, 2018

Scandale au Ministère de l’Agriculture gambien

Le département ministériel cité dans une affaire d’achat d’engrais périmé

Le ministre gambien de l’Agriculture, Omar Jallow  est accusé en collaboration avec un homme d’affaires gambien d’avoir acheté une centaine de tonnes d’engrais périmé au Sénégal et en Gambie, l’année dernière. L’engrais était destiné à subventionner les agriculteurs gambiens. Entre-temps, il a été révélé que cet engrais a été commercialisé au Sénégal et en Gambie. L’affaire fait grand bruit en Gambie. Dans une conférence de presse tenue, aujourd’hui au palais présidentielle, l’attachée de presse du président Barrow a déclaré que le rapport rendu par les enquêteurs sur ce scandale a été soumis au procureur de la République et que des poursuites seront enclenchées.

Selon l’attachée de presse du président Barrow, Amie Bojang Cissokho en conférence de presse aujourd’hui, le chef de l’État a déjà reçu le dossier sur l’implication des responsables du Ministère de l’agriculture dans cette affaire d’achat d’engrais périmé et attend  l’avis du procureur de la République.

Elle ajoute que le dossier sera transmis au ministère de la Justice pour les éventuelles poursuites.

D’après des sources sures, Le ministre gambien de l’Agriculture Omar Jallow et certains responsables de son ministère sont soupçonnés d’avoir engagé, Modou Dibba, un homme d’affaires  pour la vente à l’État de l’engrais sans suivre la procédure régulière.

Selon nos informations, après la révélation de l’affaire, l’ordre a été donne de ne pas vendre cet engrais, mais entre-temps, l’homme d’affaires l’a revendu à un ressortissant mauritanien en Gambie.

Des milliers de sacs du même engrais ont également été transportés au Sénégal. On fait savoir qu’il a été commercialisé à Dakar et à Touba. Pour sa part, l’institut national de protection de l’environnement de Gambie a fait savoir que l’utilisation de cet engrais pourrait nuire dangereusement aux personnes et aux sols.

Selon une source anonyme, le rapport des enquêteurs a notamment mis en cause le ministre gambien de l’agriculture qui parle de “mauvaise foi” de ce dernier.

Ce scandale a éclaté, il y a 7 mois, mais c’est la première fois que la présidence l’évoque ouvertement aujourd’hui. La présidence donne toutes les garanties que tout sera tiré au clair et que des sanctions seront prises à l’encontre de toutes les personnes impliquées

Source: Image d’illustration: un stock d’engrais